Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Lundi 11 Septembre
Fantasme

Littérature SM

Sonia Coudert publie un roman érotique

Trouble, trouble-moi !, c’est le nom qu’a choisi Sonia Coudert, jeune Ramelotoise d’origine française, pour son 19e ouvrage. Une ½uvre loin du récit fantastique ou du livre romantique qu’elle a l’habitude d’écrire. Plus en finesse et dans le coquin, son nouveau roman vous plongera dans l’érotisme.

À 27 ans, Sonia Coudert sortira fin septembre son 19e livre, le premier dans un style coquin

De l’érotisme, pas du porno ! La nuance se trouve dans les mots employés dans le livre et dans les scènes décrites, où l’on parle de préliminaires, de plaisir ou de caresses plutôt que de mots crus et abrupts. C’est un genre plus sensuel que l’on retrouve dans le dernier roman de Sonia Coudert. Le synopsis : Éva est directrice d’un centre sportif qui est en déficit. Elle est très déterminée et essaye d’asseoir son autorité, mais son directeur adjoint, le séduisant Rayan, ne lui facilite pas la tâche. Un jeu de séduction s’installe entre eux, mais leurs problèmes intimes respectifs les empêchent d’aller plus loin. Éva souffre d’anorgasmie (elle ne peut pas avoir d’orgasme) et ne trouve aucun plaisir dans la sexualité. Rayan est un beau parleur, mais ne va jamais jusqu’au bout avec les filles. Et s’ils essayaient de régler leurs problèmes ensemble? La séduction est au c½ur de ce roman qui parle des petits problèmes sexo de tous les jours. Sonia lève le voile sur l’intrigue de son livre : «C’est une histoire classique avec des gens naturels qui ont des défauts, et ils vont découvrir comment gérer leurs problèmes. J’ai aussi voulu mettre à jour des petits détails dont on ne parle pas dans les films ou les autres romans de ce style, je parle des préservatifs ou de quoi faire après l’acte, des questions plus sensibles qu’on aborde rarement»

«Trouble, trouble-moi !» est le premier roman édité de Sonia. Ses autres parutions étant auto-éditées, elle espère toucher un plus large public grâce à la maison d’édition Livr’S qui sortira son livre en septembre. «L’auto-édition n’est pas une chose facile et n’assoit pas la crédibilité d’un auteur», nous confie Sonia. «Les gens se disent qu’aucune maison d’édition n’a voulu de nous, mais ce n’est pas toujours le cas. J’apprécie ce système car je gère tout et mes bénéfices sont comptants. Cela a de gros avantages en tant qu’écrivaine amateur. Mais les gens restent réticents et cela demande aussi beaucoup d’énergie, j’ai donc souhaitée être éditée pour ce roman.»

Son pseudo est S.A. William
Sonia écrit sous le pseudonyme S.A. William pour une simple raison. Lorsqu’elle était jeune, son surnom était « so », comme l’une de ses amies. Pour les distinguer, elle a choisi l’homophone saw (prononcé de la même manière). Mais pour éviter l’amalgame avec le film d’horreur du même nom (Saw), elle a décidé de rajouter William, du nom de son parrain. S.A. William, alias Sonia Coudert, écrivaine et auto-éditrice depuis bientôt 10 ans.

Samedi 24 Juin
Fantasme

Littérature SM

Les rendez-vous de Fausta de Jean-Noël Schifano

Fausta est une femme libre de 40 ans. Elle a eu de nombreux hommes, une sexualité complètement épanouie et décide d’envoyer quatre télégrammes à quatre anciens amants. Elle veut les revoir au plus vite et s’offrir à eux. Tout se passe en 1986. Ce petit jeu devrait l’amener à Paris, Strasbourg, Lyon et Rome ... Le récit n’est pas linéaire et est parsemé de retours en arrière qui nous permettent de découvrir l’étudiante qu’elle a été, les bizutages auxquels elle a été confrontée et ses principales histoires d’amour qui sont davantage des histoires charnelles.

Le lecteur s’interroge rapidement sur la direction que le roman va prendre. On s’interroge sur les motivations de Fausta. A-t-elle un appétit sexuel insatiable ? Que recherche-t-elle ? Lit-on un roman érotique, voire pornographique ? Jean-Noël Schifano possède une belle plume, a écrit des textes de grande qualité, s’adonner gratuitement à l’érotisme semblerait surprenant de sa part. Ce n’est qu’à la fin du roman que l’on comprend l’enjeu du roman. La quatrième de couverture de l’édition Folio en dit déjà trop ...

Ce personnage féminin peut surprendre. Nous sommes loin de la femme effacée dominée par le désir masculin. Ici, Fausta a de la poigne, gère son plaisir comme elle l’entend, n’a aucun tabou et manifeste une parole totalement libérée. A cet égard, de nombreuses pages sont consacrées aux scènes sexuelles, à ne pas mettre entre toutes les mains ... Elles sont crues et réalistes. Jean-Noël Schifano ne se borne pas à décrire les gestes, les dialogues occupent une place capitale dans ces scènes. A cela s’ajoutent les cris, les interjections, les soupirs ... Le lecteur pourra se lasser de ces scènes qui s’accumulent surtout que l’on ne sait pas du tout quelle sera l’issue du roman.

Le monde des vétérinaires occupe une place importante dans ce roman. L’homme est un peu étudié à la loupe comme on le ferait pour ces animaux. Les scènes sexuelles sont décrites de manière organique, médicale, anatomique. Le rapprochement entre l’homme et les animaux est clairement appuyé. Cette bestialité et ces pulsions libèrent Fausta tout en l’enfermant dans un cercle vicieux.

Ce n’est certainement pas le meilleur roman de Jean-Noël Schifano. Certains passages sont même monotones, mais la chute donne des explications qui permettent d’élever ce roman qui semblait s’enliser dans le roman érotique de gare.

Les Rendez-vous de Fausta
de Schifano, Jean-Noël
Gallimard

Jeudi 08 Septembre
People

Sexualité

Insolite

Fantasme

Cara Delevingne raconte ses ébats en avion

Cara Delevingne est une femme libérée : dans les colonnes du magazine Love, le mannequin avoue aimer faire l’amour à plusieurs kilomètres... d’altitude.

Interviewée par Margot Robbie - sa partenaire à l’écran dans le film Suicide Squad, de David Ayer - pour le magazine Love, Cara Delevingne s’est laissée aller à quelques confidences très personnelles, parmi lesquelles ses préférences sexuelles.

En effet, la it girl de 23 ans a avoué sans pudeur aimer faire l’amour dans les airs : « J’ai fait l’amour dans des avions de nombreuses fois. Cependant, je me suis toujours fait surprendre ! C’est vraiment difficile de ne pas se faire attraper », a déclaré la BBF de Kendall Jenner, avant de livrer une petite anecdote à ce sujet : « Nous étions en train de faire l’amour sur mon siège, et un homme nous regardait. Nous avons appelé l’hôtesse de l’air pour lui dire ce qu’il se passait, du genre "Ce gars n’arrête pas de nous matter. Pouvez-vous lui dire d’arrêter ? " », a ainsi livré, non sans ironie, l’interprète de Valérian, le blockbuster de Luc Besson prévu pour 2017.

Face à ces confidences hors du commun, Margot Robbie s’est peut-être sentie obligée de se livrer à son tour. Alors voilà, toujours selon Love Magazine, la star de La Légende de Tarzan aime faire l’amour « sur » l’eau, et plus précisément sur un « jet-ski immobilisé sur l’eau ». « En mouvement, ce serait trop compliqué. »

Samedi 23 Juillet
Osez

Sexualité

Fantasme

Littérature SM

Osez 69 jeux érotiques pour booster votre libido

Voici des petits jeux libertins à deux, des mini-scénarios érotiques, des manières amusantes de varier vos plaisirs en pimentant vos rencontres et vos ébats. Qu’ils se déroulent avec ou sans accessoires, dans le nid douillet de votre chambre ou en plein air, ces jeux auront tous le même enjeu et la même finalité, faire l’amour. Découvrez des suggestions et des conseils pratiques pour mettre toutes les situations ou les objets de la vie quotidienne au service de votre plaisir.

OSEZ 69 JEUX EROTIQUES POUR BOOSTERVOTRE LIBIDO
DANNAM MARC

Osez Mini
LA MUSARDINE

Vendredi 08 Juillet
Sexualité

Fantasme

Fessée

La fessée : 5 bonnes raisons de la pratiquer au lit

La fessee, pratique de plus en plus courante, est parfaite pour pimenter vos ebats sexuels. Si vous en doutez encore, decouvrez 5 bonnes raisons de la pratiquer sous la couette !

Augmenter l’excitation

En pratiquant la fessée, vous vous assurez encore plus d’excitation avec votre partenaire... Autant pour celui qui la donne que pour celui qui la reçoit. C’est scientifique ! Le fait de mettre une fessée claque la peau qui crée un afflux sanguin. L’effet est similaire à une quelconque stimulation des zones érogènes primaires.

La fessée participe donc à l’excitation de la zone sexuelle. La frontière entre douleur et plaisir est parfois très mince. Dans les deux situations, le corps sécrète de la dopamine, l’hormone du plaisir. Quand votre partenaire vous met une fessée, il n’est pas étonnant que le plaisir l’emporte sur la douleur vu le contexte de vos ébats sexuels. Italo Baccardi, l’auteur du livre « Osez... la fessée », l’explique très simplement : « elle active une partie du corps riche en zones érogènes. L’anus en est la plus évidente, car la plus proche. De plus, les coups portés irradiant vers le ventre stimulent également, par les vibrations impulsées, le clitoris ou le pénis. Selon les cas, la fessée provoque très rapidement une excitation sexuelle troublante »

Sortir de la routine

Si vous vous ennuyez sous la couette avec votre amoureux, vous pouvez tenter des pratiques un peu moins conventionnelles comme la fessée. C’est une solution idéale pour sortir de la routine et dire adieu au missionnaire réalisé en 1 minute 12 ! Les relations sexuelles sont essentielles à la bonne entente d’un couple et à sa longévité. Il n’y a pas de mal à vouloir pimenter vos relations sexuelles en vous libérant pendant l’amour.

Ce n’est pas une pratique SM

De façon générale, la fessée est encore bien trop souvent perçue comme une pratique sado-masochiste. Il convient de savoir qu’en 2012, une femme sur quatre déclarait avoir déjà reçu une fessée de son partenaire, lors d’un sondage Ifop réalisé pour Femme Actuelle. Toutes ne sont pas adeptes des pratiques SM ! Si vous avez envie de tester cette pratique, vous pouvez en parler librement avec votre conjoint. Il y a fort à parier qu’il sera très content et répondra positivement à votre demande. Si vous avez envie de lui donner la fessée, il faut également lui en parler. Le principal est de communiquer et de se faire confiance. Ce n’est pas un acte de soumission humiliante, mais une pratique érotique entre adultes consentants. Votre partenaire vous mettra une fessée contrôlée sans sortir le fouet ou vous laisser une marque rouge pendant quelques jours.

Oublier ses complexes

Les femmes françaises comptent parmi les plus complexées au monde... Le nez, les cuisses, les seins et les fesses ne sont pas épargnés ! Alors que généralement les hommes s’en moquent, les femmes font des complexes sur leur fessier qu’elle trouve trop gros ou trop plat. Les fesses bien rebondies sont mises à l’honneur dans les médias avec des célébrités comme Jennifer Lopez, Kim Kardashian ou Niki Minaj... Alors mesdames, stop aux complexes ! La fessée peut être une façon de désacraliser cette partie du corps.

La fessée dans la littérature

Dès le Siècle des Lumières, les écrivains ont commencé à faire l’éloge de la fessée. Dans ses Confessions, Jean-Jacques Rousseau avouait : « J’avais trouvé dans la douleur, dans la honte même, un mélange de sensualité qui m’avait laissé plus de désir que de crainte. (…) Mais [la] seconde fois fut aussi la dernière ; car mademoiselle Lambercier, s’étant aperçue à quelque signe que ce châtiment n’allait pas à son but, déclara qu’elle y renonçait, et qu’il la fatiguait trop. (…) Qui croirait que ce châtiment d’enfant, reçu à huit ans par la main d’une fille de trente, a décidé de mes goûts, de mes désirs, de mes passions, de moi pour le reste de ma vie ? ». Le Marquis de Sade et Choderlos de Laclos ont également laissé quelques écrits sur le sujet. Dans la littérature contemporaine, le meilleur représentant de la fessée est incontestablement Christian Grey, personnage principal de la saga érotique 50 Nuances de Grey écrite par E.L. James. Cette trilogie bests-sellers s’est vendue à plus de 125 millions d’exemplaires à travers le monde.

Contance Durand
Pour Femme Actuelle

Mardi 28 Juillet
Sondage

Sexualité

Fantasme

Doigt dans les fesses : les hommes doivent-ils faire tomber le tabou ?

De nombreux hommes restent encore réfractaires à l’idée de se laisser mettre un doigt dans leur "bouton de rose" par leur partenaire. Pourtant, cette pratique promet des orgasmes particulièrement puissants. Peut-être serait-il temps de briser le tabou ?

es fesses des femmes fascinent les hommes à peu près autant que leurs seins. Pour la plupart d’entre eux, qu’ils pratiquent la sodomie ou fantasment de le faire, ils ne tolèrent pas la moindre approche vers leurs propres fesses - pourtant tout aussi innervées que celles des femmes - avec la certitude ou l’angoisse que ce plaisir-là ferait d’eux des homosexuels.

Sans forcément envisager la sodomie dans sa forme classique, il existe d’autres plaisirs pour "jouer avec la fleur du jardin de derrière" (selon une expression taoïste) comme de simples massages de l’anus ou de la zone périnéale (entre les testicules et l’anus), l’anulingus (caresses avec la langue), l’insertion d’un doigt...

Mais le tabou est tel chez les hétérosexuels, qu’ils sont peu enclins à laisser leurs partenaires féminines jouer avec leur bouton de rose et les porter vers de plus hautes nues. Pourtant, ceux qui se livrent à ces jeux sont unanimes : leurs orgasmes sont plus puissants, plus profonds, plus longs, ils envahissent tout le corps, avec un ressenti intérieur inhabituel chez eux (il est à rapprocher de l’orgasme clitoridien chez les femmes, généralement plus intense que le vaginal). Il y a des raisons physiologiques à ces plaisirs : la prostate joue un rôle essentiel dans l’éjaculation et est entourée par les deux paquets de nerfs qui permettent l’érection. Pour libérer les hétéros de leurs appréhensions, les fabricants de sextoys ont sorti des gammes de stimulateurs prostatiques dont la forme n’est pas phallique (l’alternative manuelle pour ce massage étant d’introduire les 2 premières phalanges d’un doigt dans le rectum et de masser la paroi côté ventral). Certains hommes trouvent même que les orgasmes obtenus ensuite par pénétration deviennent plus intenses également, comme s’il y avait eu un développement de leur capacité orgasmique.

Si c’est si bon, pourquoi résister ? L’homme qui se laisse stimuler ou pénétrer, qui s’abandonne à l’autre, se trouve dans une situation dite féminine. Convaincre les hétéros qu’il faut différencier les pratiques des genres, qu’il n’y a pas de pratiques réservées aux gays, et d’autres aux hétérosexuels est complexe, mais les nouvelles générations semblent prêtes. Globalement, toutes les pratiques anales sont majoritairement pratiquées par les jeunes.

Debby Herbenick, co-auteur d’une étude au Kinsey Institute, révèle que 11% des hommes de la génération Y ont été pénétrés analement. Une autre étude américaine sur 1.500 hétéros, datant de 2008, révèle que pour la "net génération" masculine qui pratique ou a pratiqué la sodomie, les jeux anaux sont globalement mieux acceptés : 18% ont consenti à être pénétrés, 15% se sont prêtés à l’anulingus et 24% ont été pénétrés par un doigt (on tombe à 2% pour l’anulingus, 3% pour une pénétration par un doigt, et 10% pour la pénétration anale d’une partenaire féminine chez ceux qui ne pratiquent pas la sodomie).

Selon le New York Magazine, les jeunes trouvent que cela permet de nouveaux jeux, que d’une certaine façon, ce sont des pratiques plus intimes que les autres, que tout ce qui est anal étant tabou, c’est une délicieuse transgression, qui permet d’alterner les jeux de domination et soumission. La pornographie a contribué à ces changements de moeurs, avec quelques grands succès autour de pratiques anales hétéros. Globalement, ils acceptent mieux toute nouvelle forme de stimulation et n’ont pas le problème des générations plus anciennes autour d’une redéfinition de la masculinité imposée par l’émancipation féminine. Il ne s’agit plus ni de genre, ni d’orientation sexuelle, ni de jeux de pouvoirs, mais tout simplement de plaisir sexuel.

Pour certains, la parité passe aussi par là : l’anus est un orifice qui est commun aux deux sexes et permet par conséquent de partager des plaisirs communs. Les tabous changent, et les justifications culturelles des pratiques aussi. Si ces orgasmes paritaires ne séduisent pas encore tous les hommes, il faudra peut-être appuyer là où ça fait mal : le refus ne serait rien d’autre qu’un signe de l’âge...

 
1 2 3 4
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :