Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Lundi 16 Juillet
Exhibitionnisme

Insolite

Nancy : il montrait son sexe lors du spectacle Rendez-vous Place Stanislas, un homme interpellé

Un homme, soupçonné d’exhibitionnisme, a été interpellé sur la Place Stanislas alors que se tenait le spectacle estival quotidien. Il montrait son sexe à des femmes du public.

Un homme, originaire des Vosges, a été interpellé après s’être exhibé devant une partie du public lors du spectacle estival « Rendez-vous Place Stanislas » à Nancy (Meurthe-et-Moselle)

L’individu, âgé de 46 ans, a été arrêté par la police municipale de la cité ducale juste après les faits. Le dispositif policier est en effet conséquent à chaque représentation. Il était ivre au moment de son exhibition, selon une source policière.

Trois femmes ont ensuite déposé plainte à l’hôtel de police de Nancy. Elles ont affirmé qu’elles ont vu un homme sortir son sexe alors que se déroulaient les projections sur les façades.

A l’issue de sa garde à vue, il a été remis en liberté avec une convocation devant le tribunal correctionnel devant lequel il devra répondre des faits « d’exhibitionnisme ».

Vendredi 13 Juillet
Web

Sexualité

Actualité BDSM

Insolite

OMGYes, un site internet pour apprendre à se masturber (oui ça existe)

Oui oui, vous avez bien lu : sur OMGYes, on trouve des photos, des tutoriels et des témoignages en vidéo pour apprendre à se faire du bien. Une initiative décomplexée et body positive, qui nous parle de sexualité avec légèreté. Suivez le guide !

D’après les statistiques, 38,3 % des Françaises âgées de 50 ans se masturbent au moins une fois par mois. Pourtant, la masturbation, c’est loin d’être évident : comment savoir quels sont les gestes qui font du bien ? Quels « outils » peut-on utiliser ? Est-ce qu’il existe différentes
C’est là qu’OMGYes – prononcez « Oh my god, yes ! » - entre en scène. Créé en 2011 par deux étudiants de l’université de Berkeley (Lydia Daniller, qui est lesbienne, et Rob Perkin, qui est hétéro), ce site internet dédié au plaisir féminin nous propose de découvrir toutes les facettes de la masturbation...

Et tout ça, c’est très sérieux. Pour développer ce « tutoriel » un peu particulier, les créateurs d’OMGYes ont travaillé avec 1000 femmes américaines, âgées de 18 à 95 ans et issues de différentes catégories socio-professionnelles : chaque participante a proposé ses astuces pour se faire du bien.

« Nous avons appris qu’il n’y a pas de "meilleure façon" d’accéder au plaisir et que l’"expertise" d’une femme ne vaudra peut-être pas pour une autre, peut-on lire sur le site. Voilà pourquoi que vous avons rassemblé un large panel d’expériences, pour vous donner plein de choses différentes à explorer. Chaque technique a différentes variations qui peuvent être utilisées selon des agencements différents : de quoi ajouter des cordes à votre arc. »

Résultat ? Sur OMGYes, on trouve une cinquantaine de vidéos (4 minutes environ) où des femmes « normales » (comprenez : avec des complexes et de la cellulite, comme nous, pas des actrices) nous expliquent comment elles se masturbent. De manière concrète et sans tabous.
OMGYes, un site pédagogique et bienveillant

Il y a mieux : une fois qu’on a bien compris la théorie, on peut s’entraîner en direct via des « vidéos tactiles ». Concrètement, on se retrouve en face d’une vulve et il faut cliquer aux endroits-qui-font-du-bien sur les conseils d’une voix-off. Un peu gênant mais carrément pédagogique puisqu’on apprend à reconnaître un clitoris, à maîtriser le « edging » (cette technique qui consiste à laisser monter le plaisir... puis à s’arrêter juste avant l’orgasme), à répéter certains gestes agréables...

Ce qui nous plaît ? OMGYes est un site totalement bienveillant : contrairement à Youporn (#meilleuramidesados), on n’y trouve aucun contenu dégradant, le ton est volontiers léger, les femmes filmées pendant l’acte sont détendues et se comportent comme « la bonne copine » de l’internaute. On se sent en sécurité.

OMGYes, l’éduc

OMGYes, l’éducation sexuelle du futur ? Pas forcément, parce que le site a encore deux défauts majeurs. Primo, surtout si on est un peu complexée, on peut rapidement se sentir mal à l’aise : les vidéos sont assez crues et il y a des vagins en gros plan. D’ailleurs, Claire Kim, la manager du site, le reconnaît : « Au début, cela peut sembler un peu crispant et inconfortable parce que le contenu est vraiment explicite. ».

D’un autre côté, l’argument des créateurs se tient : « le tabou qui rend les gens mal à l’aise devant l’anatomie féminine est le même que celui qui a gardé le plaisir des femmes secret pendant si longtemps. C’est ce tabou dont nous essayons de nous débarrasser. Nous pensons que les gens sont prêts à s’intéresser, de façon sincère et lucide, à ces détails qui font toute la différence. » Deuzio, pour accéder à l’ensemble des vidéos (et des expériences tactiles), il est nécessaire de dégainer sa carte bleue : le tutoriel complet coûte 29 ¤.

Un dernier argument ? Même Emma Watson (qui est désormais Ambassadrice de bonne volonté d’ONU Femmes) soutient l’initiative OMGYes. « J’aurais aimé que ce site existe depuis plus longtemps : c’est cher mais ça vaut le coup. Allez y faire un tour ! »

Mardi 10 Juillet
Sextoys

Actualité BDSM

Insolite

Ces entreprises qui se lancent dans le secteur de la SexTech

L’innovation autour de l’érotisme et de la sexualité est en plein essor et à la pointe de la technologie. Dans une industrie estimée à 50 milliards de dollars d’ici 2020, les entreprises de la SexTech continuent de se multiplier et des pépites devraient émerger de ce vivier. Elles font toutefois face à la frilosité d’un certain nombre de professionnels. Le secteur, malgré une croissance impressionnante, reste encore très négligé et stigmatisé. Des hommes et femmes tentent néanmoins l’aventure, malgré les préjugés et les difficultés.

Le monde de l’entrepreneuriat et des nouvelles technologies n’est pas réservé qu’à la finance, la santé, l’environnement ou au commerce. L’univers de la SexTech compte bien se faire sa place malgré des banques et investisseurs privés souvent réticents à l’idée de financer ces start-up, aux idées étonnantes et atypiques. Robots sexuels, sextoys connectés et applications de conseils érotiques, autant d’inventions révolutionnaires pour le domaine.

Un robot qui donne du plaisir et sert de partenaire... Voilà l’idée de Matt McMullen, dirigeant de Realbotix, branche de la société mère Abyss Creations, créée en 1997. La start-up californienne est spécialisée dans les poupées sexuelles plus vraies que nature. Au départ, ses sex dolls étaient de simples objets inanimés. Pour leur donner vie, l’entrepreneur s’est associé à cinq spécialistes des robots et du machine learning (type d’intelligence artificielle qui confère aux ordinateurs la capacité d’apprendre sans être explicitement programmés, ndlr). En 2017, la firme a ainsi dévoilé un sexbot high-tech féminin en silicone muni d’une intelligence artificielle, Harmony. L’androïde est capable de bouger plusieurs parties de son visage, faire la conversation et même retenir la date d’anniversaire de son propriétaire. Après le buzz suscité lors de sa commercialisation et pour satisfaire la gent féminine, un autre spécimen est sorti en avril 2018, Henry. Équivalent masculin, il peut faire de l’humour et jouer au gentleman en récitant des poèmes ou des chansons. Le prix de ces humanoïdes oscille entre 11 000 et 15 000 euros, selon les options choisies.

Des perspectives infinies s’offrent au secteur de l’érotisme et de la sexualité. Mais la désillusion peut vite arriver. L’entreprise de Christel Le Coq en a fait les frais. E-Sensory, sa jeune start-up de trois salariés, a subi une ouverture de procédure de liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Brest en mars 2018. Créée en 2014, elle avait fait sensation au Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, lors du salon mondial de l’innovation en 2016. La dirigeante a conçu le premier sextoy connecté, surnommé Little Bird. Le concept : l’objet vibre en même temps que la personne lit des romans érotiques, via une application mobile. Les causes de l’échec ? Manque de financement, problèmes techniques et une censure auprès des magasins d’applications comme l’App Store. Pour l’aspect financier, d’autres solutions sont néanmoins à la portée de ces start-up de la SexTech comme le blockchain, les crypto-monnaies ou le crowdfunding.

Jeudi 05 Juillet
Sex Shop

Sextoys

Actualité BDSM

Insolite

Des robots-masculins avec des pénis bioniques pourraient remplacer les hommes au lit.

“Bien meilleur qu’un godmichet!”

L’entreprise californienne Realbotix vient d’annoncer la mise en chantier d’une sex doll masculine.

Cette sexdoll d’un nouveau genre disposera d’un pénis bionique "mieux qu’un vibromasseur" selon le fabricant.

Son prix sera fixé entre 13 000 et 25 000 dollars canadiens.

Selon le président et fondateur de l’entreprise Realbotix Matt McMullen, la commercialisation de ce sexbot masculin pourrait avoir lieu dans le courant de l’année 2018.

Une photo du sexbot baptisé Henry a également été publié sur le compte Instagram de l’entreprise.

La photo montre le crâne ouvert du sexbot, dévoilant ainsi l’intérieur de sa tête et montre aussi sa peau entièrement composée de silicone.

La publication de la photo a provoqué des réactions diverses de la part des internautes.

Certains ont pointé du doigt que certains films et séries de science-fiction ont prédit que cela annonçait le début de la fin pour le genre humain.

"Westworld existe" commente l’un des internautes en faisant référence à la série où des androïdes se rebellent contre les humains.

"Si vous créez Skynet, je ne vais pas être content" commente un autre internaute en référence à Terminator où les machines prennent le contrôle du monde.

Pour son créateur, les sexbots masculins seront la prochaine sensation de 2018.

"Les femmes ont les mêmes problèmes de solitude que les hommes. Les gens les appellent robots sexuels mais c’est surtout pour avoir de la compagnie. Dans ce monde où les ordinateurs sont partout, les gens manquent de contact humain" explique Matt McMullen.

Les utilisateurs de Henry pourront l’activer et le faire bouger grâce à une application installée sur leur téléphone.

Pour le moment, seules des versions féminines de ce type de sexbot ne sont disponibles sur le marché.

"Nous travaillons dur pour que le sexbot masculin soit le prochain nouveau phénomène" conclut Matt McMullen.

Selon Cathy O’Neil, une mathématicienne qui travaille à l’Université d’Harvard, ce type de sexbot pourrait rendre les hommes obsolètes.

Le chercheur Dr.David Levy indique que ces sexbots pourraient remplacer les sextoys.

"Si les femmes veulent juste prendre un peu de plaisir, un sexbot sera une meilleure option d’un vibromasseur car elles pourront le

Dimanche 01 Juillet
Transexuel

Autriche

Insolite

L Autriche est devenue le troisième pays européen à intégrer la mention de «troisième sexe» dans tous les documents officiels.

Après l’Allemagne et les Pays-Bas, l’Autriche est devenue le troisième pays européen à intégrer la mention de «troisième sexe» dans tous les documents officiels.

La justice autrichienne a ordonné que les personnes ne souhaitant pas s’identifier comme homme ou femme puissent désormais en avoir le droit dans leurs démarches administratives.

Saisie par militant intersexe Alex Jürgen, la Cour constitutionnelle a invoqué la Convention européenne des droits de l’Homme pour obliger le législateur à introduire la notion de «divers», «inter» ou «autre» dans l’état civil.

Selon la Cour, l’article 8 de la Convention garantit un «droit à une identité sexuelle individuelle» et protège «les gens avec une identité sexuelle alternative».

La reconnaissance du «troisième sexe» a été saluée par l’opposition sociale-démocrate, libérale et écologiste, tandis que les conservateurs du FPÖ au pouvoir ont dénoncé la décision, la qualifiant de «totalement incompréhensible».

En novembre 2017, l’Allemagne est devenue le premier pays en Europe à autoriser la création d’un «troisième sexe». En mai dernier, les Pays-Bas ont suivi l’exemple allemand.

Dimanche 24 Juin
Sport

Sextoys

Insolite

Accessoires

Coupe du monde : la culotte vibrante qui va "sauver votre couple" fait scandale

Une petite culotte pour faire jouir les femmes pendant la coupe du monde, c’est le carton rouge de la semaine ! Sexiste et dégradante, l’idée indigne la toile !

Ah la coupe du monde ! Tous les quatre ans, les soirées canapés-foot-pizza auraient raison de nombreux couples. La marque mexicaine Vicky Form a trouvé une solution (hyper sexiste) pour aider toutes les femmes qui vivent un enfer à cause du ballon. Le concept est simple : les faire vibrer (littéralement) au rythme de la compétition. Comment ? grâce à une culotte vibrante. A chaque but marqué, celle-ci se met en action.

Baptisée “Siente el Juego” (“Ressens le jeu”), ce sous-vêtement a pour mission de leur faire éprouver du plaisir face à un match de foot. Ainsi, quand monsieur regarde son équipe jouer, madame est “excitée” à côté de lui. “Nous avons créé la première culotte qui vous permet de ressentir la passion du jeu. Les [culottes] sont reliées à un robot qui interprète l’action et la transforme en vibrations en temps réel. Le robot fait vibrer les culottes", écrit la marque sur son compte Instagram, en légende du spot publicitaire.

Dans ce clip, on y découvre une femme désespérée par la coupe du monde et l’attitude de son compagnon, qui semble avoir oublié son elle existence. Heureusement pour eux, Vicky Form est là avec sa petite culott

Sur la toile, la marque se prend un vrai carton rouge. “Quelle horreur, ils font la promotion d’un objet sexiste, offensant et pathétique !”, “Zéro applaudissement pour cette marque la plus machiste du marché !”, peut-on lire en commentaire. "Dégoûtante", "dégradante", "pathétique", “machiste”... De nombreuses femmes se sont senties offensées. "Quelle tristesse qu’une marque de lingerie féminine ne sache vendre que du sexisme, du sexe et du machisme." Des féministes ont même demandé à ce que la publicité soit interdite.

De son côté, José Zaga, le PDG de la marque explique que l’idée était d’inclure les femmes dans un événement important et ainsi “unir deux passions à un moment important pour les deux sexe”. Mouais... On est franchement pas convaincu. Il rappelle qu’il ne s’agit pour l’instant que d’un prototype qui sera vendu -uniquement- si la demande est suffisante. Quelque chose nous dit que cette petite culotte est déjà disqualifiée sur le marché des jouets coquins.

 
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Darker Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Hustler Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vacances Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Web Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :