Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Dimanche 22 Décembre
Culottes

Lingerie

Insolite

Shopping BDSM

Un cadeau pour les fêtes : Des petites culottes à oreilles d’animaux

C’est Knickerocker, une marque californienne qui commercialise ces culottes à oreilles d’animaux. Sur sa page Etsy, c’est une vraie ménagerie. On trouve aussi bien un renard, qu’un panda ou qu’un cochon.

Prix : 31,62 euros (ne râlez pas, c’est fait main).

Les plus : un certain style. Imaginez-vous tranquille en train d’errer dans votre appartement un dimanche, habillée seulement de cette culotte. Que vous soyez nonchalante ou dynamique, la culotte animal donne assurément confiance en soi.

Les moins : trop charismatique, cette culotte peut calmer les ardeurs de votre compagne ou intimider un sexe masculin en érection.

Lundi 25 Novembre
Culottes

Asie fetish

Lingerie

Insolite

La Corée du Nord envahie par les slips roses

La marque suédoise Björn Borg voulait rendre un pays plus glamour, l’opération a plutôt bien fonctionné rapporte le site de France 24. Alors que la marque de sous-vêtements avait demandé à ses internautes quel pays avait besoin d’une belle dose de glamour, elle a été un peu étonné de voir ressortir le nom de la Corée du Nord à 60%.

Alors qu’il était initialement prévu qu’un largage aérien de slips roses soit réalisé, c’est finalement par l’intermédiaire d’un journaliste infiltré dans le pays que les sous-vêtements ont coloré la dictature asiatique.

Le journaliste anonyme détaille sur son blog comment il a accompli sa mission malgré les gardes qui le surveillaient constamment. Sur les dix jours de mission dans le pays, ce sont finalement 150 slips qui ont été livrés dans le pays le plus fermé du monde.

Dimanche 17 Mars
Culottes

Sexualité

Sextoys

Accessoires

Une culotte vibrante et télécommandée

C’est la révolution du côté des sextoys ! Oyez, oyez mesdames, la culotte vibrante est née.

Plus discrète qu’un godemichet, moins encombrante qu’un canard coquin, cette culotte un peu particulière va vite booster votre plaisir. Un plaisir qui, de fait, sort de l’enceinte de votre chambre ou de votre salle de bain. Un plaisir qui peut devenir quotidien et se savourer dans les lieux les plus insolites !

Car cet objet rose un peu rigide recouvert de tissu et de dentelle (pour la touche romantique) se porte tel un sous-vêtement. Un string plein de promesses, qui vibre sur ordre d’une télécommande.

Reste à déterminer qui garde la télécommande ? On vous conseille de porter votre "culotte vibrante" et de confier la zappette à Chouchou : rigolade et excitation garanties ! Il faut dire qu’avec 10 modes de vibration à tester, vous n’avez pas fini de trembler de plaisir.

Contre-indications : Nous ne saurions que trop vous recommander de ne pas porter ce dessous en réunion, en rendez-vous avec la directrice de la crèche, ou encore quand vous faites du vélo, cela risque de ne pas se révéler très pratique...

Mercredi 06 Juin
Culottes

Japon fetish

Asie fetish

Fétichisme

Buru Sera : les petites culottes des lycéennes japonaises, se vendent comme des petits pains

Le Burusera est le pendant japonais du fétichisme des petites culottes. Au japon, Burusera désigne aussi ce commerce des petites culottes usagées de lycéennes.

Les petites culottes, panties, slips (dentelle ou coton) tanga ou autre string, sont généralement accompagnés de la photo et d’un petit mot de la propriétaire.
Outre les boutiques spécialisées, et autres distributeur automatique, un véritable marché, très lucratif, c’est développé sur internet…

BuruSera (ブルセラ) vient de BURU (éclore) et SERA (sailor, le surnom des uniformes sexy des jeunes lycéennes japonaise)

On peu également parler également de Panchira (パンチラ) : Fétichisme de la petite culotte : Pantsu (パンツ). Dans le cas du Panchira, on parle aussi bien de voir la culotte portée (voyeurisme en dessous des jupes) que de tripoter la pièce de lingerie avec un air niais ou la renifler avec extase…

Le BuruSera (fétichisme des sous vètement) n’est pas endémique au Japon, mais c’est bien là qu’il s’y est développé à ce point.
Le fétichisme des sous-vêtements, regroupe tant les hommes qui cherchent à se vêtir des sous-vêtements féminins, que ceux qui sont attirés par la représentation de l’intimité féminine.

Plusieurs hypothèses sont formulées comme par exemple la recherche de l’interdit (intimité d’une inconnue), la recherche des odeurs corporelles (petites culottes mouillées) et des marques des sécrétions tant vaginales qu’autres (urine, excréments ou règles féminines), ainsi que l’attrait d’un changement de sexe.

La cible principale de ce phénomène de Buru Sera, serait donc à priori des hommes d’un certains âges ayant besoin de satisfaire leur désirs, fantasmes et pulsions sexuels.

Ces petites culottes mouillées, portées et usagées coûtent entre 30 et 90 euros et la demande, est toujours croissante. Autant dire que le BuruSera a encore de beaux jours devant lui, et permet sûrement aux jeunes étudiantes nippones et à d’autres petits malins, de se faire un peu d’argent facile, et tout cela entraîne un commerce prolifique sur Internet

C’est dès le début des années 90 que trois hommes d’affaires japonais, ont l’idée d’un juteux commerce. Ils construisent et disposent dans Tokyo, 90 machines automatiques, vendant des petites culottes garanties usagées et portées par des jeunes lycéennes japonaises, et ce, pour un tarif d’environ 30¤.
Les autorités, peu enchantées par ce commerce fructueux, cherchèrent un moyen d’interdire ces machines. C’est via une loi sur la vente d’antiquités qu’ils parviennent à leurs fins : La police affirmant que certaines petites culottes provenaient de magasins d’occasions, et qu’à ce titre était classées « antiquitées ».

Afin de prévenir quelques dérives, en 2004, une loi est passée, interdisant les jeunes filles de moins de 18 ans de vendre leurs sous-vêtements.

Une variante du Buru Sera est le « Namasera » (Nama = frais). Cette fois ci, point de distributeur, la jeune file enlève devant le client sa petite culotte et lui donne en main propre. Certaines jeunes filles, appelées kagaseya (renifleuses) vont même jusqu’à proposer à leur clients de sentir directement la culotte qu’elles portent.

A vrai dire, la pratique du BuruSera se serait officiellement arretée en 1993 au Japon, mais est encore bien présente réellement. Bien que choquante, cette pratique n’est en soit pas si « immorale ».
En effet, tout laisse à penser que la plupart des petites culottes sur le marché n’ont pas forcémment été portées par ces jeunes filles, ou que tout du moins, elles l’aient fait dans le seul but d’un argent facile et sans engagement, …

 
1
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :