Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Vendredi 26 Avril
Orties

Sadomasochisme

BDSM : Tout sur : les orties

Qu’est ce que l’ortie ?

Les orties sont pour la plupart des plantes herbacées hautes (c’est à dire qu’elles meurent l’hiver), faisant partie des plantes botaniques urticantes.
La plus connue est l’ortie commune (Urtica dioica), qui est très répandue en Europe et en Amérique du Nord. Les orties sont remarquables pour leurs poils urticants, qui peuvent être plus ou moins confinés à des tiges, ou revêtir une grande partie de la plante entière. Les fleurs sont minuscules et généralement de couleur verte/blanches, maintenues ensemble en grappes.
Les plantes piquent par contact et les poils peuvent pénétrer les vêtements légers.

Pourquoi piquent-elles ?

es poils sont comme des aiguilles hypodermiques miniatures, environ 2 mm de long chez l’ortie commune.
Les murs des poils sont composés de silice, c’est à dire de verre naturel, et le contact brise leur pointe fragile.
Les poils sont suffisamment pointu pour entrer dans la peau, en même temps le venin stocké entre en pression dans la base élargie, se déplace jusqu’aux poils et est injecté dans la peau à travers les pointes brisées.
Les poils ont tendance à être regroupés de sorte qu’une personne piquée va développer une éruption localisée faite de petites bosses.

Quand puis-je trouver des orties ?

L’Ortie dioïque commune est une plante vivace qui meurt complètement en hiver. La jeune pousse apparaît vers la fin du printemps et la pousse se poursuit à travers l’été et l’automne en elle meurt avec le retour ou l’apparition des plus dures gelées.

La petite ortie ou ortie brûlante est généralement plus abondante durant les mois d’été, mais potentiellement elle peut germer et se développer à n’importe quel moment de l’année, si à l’abri des gelées (surtout si elle est une mauvaise herbe dans les serres).

Les orties en BDSM

Les orties peuvent être l’élément principal d’une scène, ou tout simplement servir à épicer celle-ci. Elles peuvent être une utilisées pour échauffer le soumis, pour l’allumer et le taquiner, le punir ou même pour améliorer ses capteurs sensoriels.

Et, comme le SM lui-même, elles ne se ressentent absolument pas comme les gens le pensent.
Rappelez-vous cette jolie couleur et cette sensation chaude qui arrive juste après la douleur flamboyante d’un coup de martinet bien appliqué.
Les orties ont le même effet, mais la sensation chaude et chatouillante peut durer pendant des heures.

Le premier contact est très fort et chaud, s’estompe peu à peu en une chaleur intense. Cette chaleur prend beaucoup de temps pour refroidir, et ne peut pas vraiment être ignorée car elle est faite de microscopiques picotements électriques extrêmement sensuels et se rappelant à vous suffisamment souvent pour vous garder en éveil et sensible.

Elles sont parfaites pour ceux aiment les bondages prolongés, les longues taquineries sensuelles tout comme ceux ayant un besoin de sensations fortes.
Tout dépend de la manière dont on les applique. Outre la piqûre initiale et, plus tard, les picotements et la lueur chaude occasionnée, les orties laissent la peau extrêmement sensible.
Une plume peut se ressentir comme une brosse, une fessée légère se ressent comme une sangle, une sangle ou martinet peut faire s’envoler le soumis pratiquement en subspace.

Mis à part re-sensibiliser un soumis blasés ou hyper hard, les orties peuvent être utilisés sur les zones sensibles ne pouvant pas recevoir de coups, telles que les os, les tendons ou les zones à organes fragiles.
L’aptitude qu’on les orties d’apporter une stimulation intense sans cause de dommage important ouvre plein de possibilités à leur usage.

Enfin pour la petite histoire, pour tous ceux désirant un *safe-sex* mais trouvant que les préservatifs leur enlève de la sensibilité, un petit frottis d’orties avant d’enfiler le préservatif les rendra étonné des sensibilités qu’ils ressentent ensuite.

Comment les utiliser en bdsm

Il y a plusieurs manières. Si vous désirez les employer à l’anglaise, vous pouvez les attacher en branches sur une longue baguette et ainsi les utiliser comme une canne traditionnelle en petits coups répétés ce qui allie coups et piqures de manière subtile.

Mais la façon la plus efficace d’utiliser des orties est de prendre un brin ou une feuilles à la fois, de vous rapprocher de votre *cible*, et de la toucher avec les soies.
En étant assez proche vous pouvez voir les poils et si vous ne pouvez pas être trop proche alors vérifiez que la branche ou la feuille se pose à plat, parallèle à la peau pour un effet correct, sans quoi vous ruinez et l’effet et l’ortie.

Cette manière, tige par tige n’est pas la seule façon d’utiliser des orties, mais c’est l’un des meilleures. Elle est approprié pour:
1) Les scènes d’échauffement lentes et les effets sensuels

2) Pour tester la réaction de fond, que ce soit dans un sens SM / sensuel ou dans une petite application test pour les allergies

3) Pour économiser les orties… :-)

4) Pour un ciblage précis. Un grand bouquet couvre une grande partie , le dominant ne peut pas savoir précisément dans quelle zone exacte la stimulation agit le mieux. C’est surtout le cas dans les zones érogènes.

Les orties peuvent être utilisées aussi comme un martinet. Bien que quelque peu dommage, cela peut être utile aussi:
1) En tant que variante au martinet. Là les orties agiront un peu comme un strap ou un paddle. Rendant la peau sensible sans faire de marque et d’une manière silencieuse.
Comme tout jeu d’orties cela rend la peau sensible, picotante et chatouillante un très long moment.

2) Comme un bon moyen d’utiliser les plantes estivales hautes, avec leur piqure plus douce et leurs soies plus espacées. Pour ce faire, couper de longues tiges et fouetter légèrement avec une ou plusieurs tiges en enroulant le bout dans un tissus ou un ruban adhésif pour en faire un manche.

Elles peuvent être utilisées aussi dans les vêtements, dans les tshirts, soutiens, slips, shorts.
Dans les sacs de contention, sous les films plastiques en emballage, attachées sur une fine corde et ensuite enroulées en jupe autour de la taille, en bondage avec des cordes etc.
Les idées sont infinies.

Elles peuvent être utilisées dans des jeux de contrôle avec raffinement dans un bondage de manière à ce qu’il soit difficile mais pas impossible de les éviter.
Devant le soumis qui est alors chatouillé, touché, fouetté par derrière.

Dans tous ces jeux, le soumis ne réagira pas toujours immédiatement. Il faut un moment pour que le contenu des soies cinglantes se diffusent à travers la couche supérieure de la peau et de trouver un nerf. Le soumis vous le fera savoir. L’intensité monte ensuite peu de temps après
Aussi si vous avez une réaction, attendez un peu avant d’ajouter une nouvelle intensité à la première. Donc observez et prenez votre temps.

Étonnamment, un assez grand nombre de personnes semble penser que le jeu d’orties est un jeu sm hard. Ce qui est ironique, c’est que peu de ces gens ont essayés les orties.

Beaucoup de gens aiment les jeux d’ortie, d’autres pas du tout, mais la véritable panique et l’air de désapprobation vient toujours de ceux n’ayant jamais essayé.

Les jeux d’urtication sont pourtant des jeux allant de léger à moyen avec pour conséquence beaucoup de sensations irradiantes très intéressantes à exploiter ensuite chez le soumis .
Et pour réconforter le vôtre après un premier jeux, vous pourrez toujours lui faire déguster un potage à la crème d’orties ou un petit remontant à la liqueur d’orties :-)

La Fessée aux orties

La fessée aux orties fraîches demeure un must, une sorte de luxe ceci pour l’excellente raison que c’est une fessée particulièrement difficile à supporter aux conséquences parfois extrêmement ’grattantes’

La fessée aux orties est la fessée "3 étoiles", le high tech en terme de sévérite

Pratique

Un bouquet de 3 ou 4 orties suffit largement ! Il est inutile de frapper fort. Il suffit que les orties soient en contact avec la peau pour qu’elles remplissent leur office.

Il faut savoir que ce sont les poils de l’ortie qui sont urticants ! Ces poils sont nombreux sur la tige et les nervures des feuilles.


Chaque poil est constitué d’une partie terminale en forme de pointe siliceuse qui pénètre dans la peau et d’une partie proximale gonflée de liquide irritant, riche en acides. C’est ce liquide qui provoque les cloques.

Les poils sont dirigés vers les extrémités de la plante. On peut donc caresser la tige des orties de bas en haut mais pas à rebrousse-poil. Si on veut que la fessée soit sévère il convient de choisir des orties avec une tige épaisse.

On peut choisir de caresser les fesses de la punie simplement en promenant les orties sur la peau de haut en bas, c’est à dire en posant d’abord l’extrémité des tiges et en les faisant glisser sur les fesses jusqu’à leur base... ça ne fait généralement pas rire la propriétaire du derrière ainsi caressé !

On peut aussi fesser, frapper... c’est plus classique: choisissez alors des orties à feuilles larges et bien poilues. Je vous conseille d’appliquer des petits coups très rapides pendant une bonne minute sur toute la surface des fesses en faisant en sorte que le haut des orties frappe en premier. Rapides car la douleur la plus intense n’est pas immédiate. Les tout premiers coups sont certes douloureux: ça pique (ce sont les aiguilles des poils qui se figent dans la peau) et on a aussitôt envie de s’échapper car on a l’impression d’être titillé par des centaines de petites aiguilles. Les fesses sont tétanisées par la douleur qui ne semble pas trop empirer dans les secondes qui suivent. La première minute est donc relativement supportable. Je dis relativement car cela dépend bien sûr des orties et surtout de la saison. Les fesses se couvrent de minuscules points rougeâtres, noirâtres... la peau rosit légèrement. La fessée peut à ce stade encore se prolonger.

Les belles cloques !

Après quelques minutes (2 à 4 min...là encore ça dépend de la saison) les minuscules points rouges donnent maissance à des cloques et ça chauffe de plus en plus, ça pique ! Ça démange ! (C’est le liquide urticant, qui une fois qu’il a pénétré dans la chair fait sentir son effet acide et provoque cette réaction cutanée). On a une irrésistible envie de se gratter furieusement les fesses. <

A ce stade, il faut faire en sorte que les orties aient bien balayé toute la surface des fesses car le ou la punie commencent généralement à protester énergiquement et ne pourra bientôt plus en supporter davantage car ce n’est pas tout ! Les cloques grossissent. Cela devient franchement insupportable et ça dure, dure, dure... longtemps après la fin de la fessée. La douleur s’estompe très lentement et la sensation de piqûre ne disparaît qu’après une bonne heure.

Effets secondaires

Hélas les effets secondaires ennuyeux des orties se font sentir longtemps encore car, inconvénient majeur, on a les fesses qui démangent durant 2 ou 3 heures le temps que le liquide urticant acide soit éliminé ce qui peut prendre un ... certain temps. Il convient d’éviter de pratiquer la fessée aux orties fraîches en soirée... (Sinon la nuit risque d’être courte). Mieux vaut réserver cette pratique au début de l’après midi.

Le plus pénible vient du fait que même une fois le liquide acide éliminé, les fesses vous grattent parfois durant plusieurs jours surtout quand la fessée a été prolongée et que les coups ont été donnés trop forts . Ce sont les petites aiguilles qui restent figées dans la peau et que le corps ne parvient pas à rejeter rapidement.

Si certains effets secondaires sont ennuyeux, d’autres sont aussi fort agréables ! La zone " irradiée " demeure très sensible longtemps et la chaleur qui s’en dégage maintien le ou la punie dans un état second. Une alchimie étrange entre douleur et plaisir alimente et entretient un degré d’excitation sexuel intense. On comprend que la flagellation les orties aie été par le passé utilisée pour remédier à des défaillances sexuelles ou comme stimulant.

Conseils et Remède

Bien choisir ses orties.

Il existe une trentaine d’espèces d’orties. La grande ortie à longue tige qui pousse au bord des routes (c’est à elle qu’on pense généralement lorsqu’on parle d’« ortie ») n’est pas la plus terrible. L’espèce bien plus petite qu’on trouve dans les haies, dans les endroits humides est beaucoup plus urticante.

Les premières orties (fin mars, début avril) sont nettement moins urticantes et permettent une fessée relativement supportable qu’on peut prolonger. Les démangeaisons n’excèdent pas quelques heures. Les orties blanches contrairement à ce qu’on croit, ne piquent pas !

Les plus redoutables sont les petites orties de mai. La plante est petite mais sa tige est épaisse et ses feuilles larges. Elles ont donc de nombreux poils urticants à souhaits car les chaleurs excessives de juillet août n’ont pas encore diminué leur coefficient d’acidité. Fin mai, début juin, les orties sont gonflées de liquide très acide et vous grandissent de superbes cloques ! Hélas les démangeaisons durent plusieurs jours.

Rappelez-vous ! Si vraiment vous recherchez une très sévère fessée, utilisez des orties de petite taille mais à la tige épaisse choisies de préférence à l’ombre, dans un endroit humide et appliquez la fessée aussitôt après les avoir cueillies.

Au contraire, si vous souhaitez infliger une punition pas trop sévère, choisissez de grandes orties fines exposées au soleil. Laissez-les reposer un peu (1 heure ou 2 pour les débutants) avant de les appliquer. Ce sera beaucoup plus supportable !

Et si vous voulez ruser... pour amener un(e) partenaire timoré(e) à préter ses fesses à la caresses des orties, commencez par une fessée à l’aide d’ un petit bouquet cueilli au soleil une bonne demi journée plus tôt afin de ne pas trop effaroucher un(e) débutant(e). Libre à vous d’utiliser par la suite un bouquet cueilli dans les règles de l’art.

Remède contre les fesses qui grattent le lendemain.

Un petit remède maison pour éviter que l’effet de démangeaison ne perdure plusieurs jours: passer les fesses à l’eau oxygénée ! ça picote un peu mais les démangeaisons durent un peu moins longtemps.

Recette pour avoir le feu aux fesses.

Immédiatement après la fessée, passez-les au vinaigre (acide des orties + acide du vinaigre = aïe ! aïe ! aïe !) ça vous met les fesses en feu et ça vous fait un superbe derrière rubicond. Terminez l’opération en nettoyant la peau à l’alcool (le vinaigre sent mauvais). Un vinaigre de vin classique fera très bien l’affaire. Les gourmets pourront peut-être essayer le vinaigre de framboises !

Débutants s’abstenir !

La fessée aux orties est à réserver à des fesses susceptibles de la supporter sans quoi vous rebuterez à jamais votre partenaire. Faites déjà un essai avec une seule ortie en vous contentant d’en caresser la peau ou d’infliger quelques coups légers.

 
1
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :