Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Dimanche 17 Août
People

Confession

Sexualité

Actualité BDSM

Media

Mort de l’animatrice radio Ménie Grégoire

Elle avait été la première à parler de sexe sur une grande radio RTL

La célèbre animatrice radio Ménie Grégoire est morte dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 août, à Tours. Elle venait de célébrer son 95e anniversaire. Elle « passait l’été dans une maison de famille en Touraine et avait été transférée il y a quelques jours dans une maison de retraite médicalisée où elle est décédée dans la nuit », a précisé une de ses filles.

Surnommée « la Dame de c½ur », Marie Grégoire, dite Ménie, est considérée comme la pionnière de la confidence sur les ondes. De 1967 à 1981, elle a dialogué avec des centaines de milliers d’auditeurs.

Elle fut avec ses émissions « Allô Ménie » ou « Responsabilité sexuelle » sur RTL une pionnière du dialogue avec les femmes sur leur vie intime. Elle se flattait d’avoir libéré la parole à une époque où tabou et ignorance pesaient encore sur la sexualité.

Elle fut ensuite éditorialiste du mensuel Marie-Claire, à RTL (1980-1986) et France-Soir (1986-1999), animatrice sur FR3 (1984) et collaboratrice à Radio Bleue. Ménie Grégoire est par ailleurs l’auteure d’une vingtaine de livres, dont Les Cris de la vie (1971) et la trilogie Les Dames de la Loire (2001).

Vacances avec 50 nuances de Grey : ’J’ai bien envie de me faire fouetter les parties intimes avec une cravache en cuir ’

Medellia est une trentenaire célibataire, ’ ouverte mais pas libertine ’. Elle a lu durant ses vacances d’été
’ Fifty shades of Grey ’, Elle nous livre son récit

Mes vacances se déroulent, comme chaque année dans le même lieu, dans une sorte de camp de vacances où je rencontre des personnes animées par un certain esprit sportif. D’une année sur l’autre, de nouvelles personnes nous rejoignent, d’autres partent mais souvent ce sont les même qui y viennent.

Fifty Shades of Grey m’a été offert par des amies, la semaine précédent ce voyage. J’ai donc décidé de tester la lecture de ce livre lors de ces vacances sportives mais néanmoins assez fêtardes et avec de longs intermèdes de repos, sous le soleil sur la plage.

Jour 1

Mon départ est un peu compliqué. On me fait des misères avec mes bagages. J’arrive donc un peu stressée dans l’avion, me disant qu’un peu de lecture ne peut pas me faire de mal. Alors que j’attaque le récit de la rencontre de nos deux héros, la blanche héroïne vierge Anastasia Steele venue interviewer le puissant et magnétique Christian Grey, ma voisine de droite m’interrompt. Elle dit ne pas supporter l’avion. J’essayerai de la conforter du mieux que je peux, elle pleurera tout de même lors du décollage, un mouchoir imbibé de ‘rescue’ de fleurs de Bach sur la bouche.

L’arrivée se passe à merveille. La première soirée aussi. Je suis contente de revoir les gens. Comme chaque année, il y a ce garçon (F) qui est là et qui me plait. Je ne sais pas si le livre y est pour quelque chose, mais je décide d’être un peu plus explicite cette année. Ce garçon est désarmant, je sais qu’il m’aime bien, et j’avais eu droit à un petit baiser une année. Depuis, nous nous tournons autour. Mais c’est à présent un garçon fidèle et marié. Il continuera à se comporter de façon charmante pendant le reste du séjour, en quelque sorte comme la composante sadique de mon voyage : tout me fait penser qu’il a envie, quand il me regarde, quand il me parle, même quand il rejette mes avances ! Je ne comprendrai jamais rien aux hommes. Je pars donc me coucher pas vraiment déprimée mais la queue entre les jambes, si je puis dire.

Jour 2

Jour de repos sur la plage. Je rencontre un vieil ami (plus de 70 ans) qui me demande ce que je vais faire, je lui dis que je vais lire un roman, dont je ne suis pas sûre qu’il soit très intelligent mais un peu, heu bizarre et sexy. Sans que je le lui ai montré, il me dit, ce ne serait pas ‘Fifty Shades of Grey’ ? Moi qui croyais passer inaperçue avec l’édition anglaise dont la couverture sobre ne donne pas un indice sur le contenu du livre, je ne savais pas que TOUT le monde, particulièrement les étrangers, avait eu connaissance de ce livre, dont je n’avais jamais entendu parler avant qu’on me l’offre. Bizarrement, cette conversation m’excite. Je suis disponible c’est vrai, et je lis du cul sur la plage. Je crois que le message va bien passer.

Je passe la journée avec Grey et Steele qui se tournent autour. Je vais me baigner, je discute un peu à droite et à gauche, mais je finis toujours par rejoindre le livre. Alors qu’il se fait tard, que tout le monde est parti, j’atteins le seul moment du livre qui en définitive m’a plu : le récit initiatique de la défloration de miss Steele. C’est dégoulinant mais moi aussi je dégouline. Je finis ma lecture avec mon paréo sur les genoux, au cas où. Le soleil se couche, je rentre doucement en réfléchissant au sexisme du livre : pourquoi est-ce toujours la femme, pauvre créature faible détournée par l’homme riche et puissant ? J’aurais bien aimé lire le contraire…

Le soir RAS. Je passe la soirée à tourner autour de F et à essayer de boire un peu trop pour oublier l’effet du livre, qui a quand même bien marché sur moi : j’ai envie de baiser.

Je rentre même pas bourrée et me masturbe dans la salle de bain.

Jour 3

La journée, je suis très occupée. Le soir, c’est party sur la plage. F est encore là, je lui tourne encore autour. Je danse collé serré avec un copain, que je crois gay. On me regarde. Je bois beaucoup. Je me fais draguer (comme chaque année) par K. Il est encore une fois complètement bourré. Je zieute dans un coin un barman, qui fait aussi la fête, que j’avais repéré et avec qui j’avais échangé deux mots.

Nous sommes les derniers à rentrer. Je discute un peu avec le barman, puis K me prend par la main et nous rentrons en chantant. Dans une partie sombre sur le chemin du retour de la plage, il m’embrasse sur la bouche, je me laisse faire mais coupe court quand il veut aller plus loin.

Je retrouve le barman sur la place principale de notre centre de vacances. Je suis toujours avec K et d’autres amis. Le barman et moi sommes les seuls qui parlons français. Il a l’air interloqué par notre assemblée bizarre et me regarde d’un air complice. Je lui dit : ‘si tu veux de moi, je suis dispo’. Les autres partent, nous restons là.

Il est plus jeune que moi, il me vole une cigarette que je m’apprêtais à allumer. Je me bats gentiment avec lui pour la récupérer. Mine de rien, il m’entraine vers un coin déserté, il est 3h du matin. Il me rend ma cigarette et m’embrasse. Humm c’est bon. Nous passerons une demi-heure à nous frotter agréablement, puis il s’arrête brusquement. Il me dit qu’il ne peut pas, qu’il sort d’une histoire très dure. J’essaye de le rassurer du mieux que je peux, et nous continuons. Bénissant le préservatif que j’ai mis dans ma trousse à maquillage, je lui demande où nous pourrions aller pour, heu, aller encore plus loin. Il me propose les transats à l’air libre ou les toilettes handicapés. Nous opterons pour le deuxième choix, je ne suis pas si libérée. Mon barman est vraiment très beau, il jouira en 15 secondes, visiblement très ému. Il est très déçu, j’en ai rien à carrer, c’était bien. Il m’a fait jouir de toute façon.
Je rentre dans ma piaule (que je partage avec une copine) et vais me coucher, la tête dans les étoiles. Je suis amoureuse et il s’en va après demain.

Jour 4

J’ai décidé de passer la journée avec mes copains Steele et Grey. Le matin, je ne m’éloigne pas trop du bar où je zieute ma conquête, qui n’a pas une minute à elle. Je lui donne ma carte, il n’est pas français, mais je suis émue, j’ai toujours cru à n’importe quoi. Il me dit qu’il ne me verra pas ce soir, il a 2 heures pour préparer ses bagages après son service. Comme dirait EL James ’ My Inner Goddess ’ est déçue mais n’y croit pas trop. J’ai toujours été optimiste.

L’après midi, à la plage, je rêvasse en écoutant des chansons douces, discutant de temps à autres avec des amis, dont un allemand qui lit ’ Fuck your Friend ’ de Sophie Andresky (il n’y a pas que moi qui lit du cochon en vacances). Fifty shades of Grey m’énerve. Le contrat de soumission que doit signer Steele, les échanges de mails, c’est lourdingue. La première scène sadomaso est bien gentille, je ne comprends pas toutes les subtilités du vocabulaire anglais. Je trouve que ça ne va pas bien loin dans la subversion, tout ça. Le livre sous-entend que Grey pratique le sado-masochisme à cause d’un passé douloureux. Je ne suis pas familière de ce genre de pratique ni de théories sur la sexualité, mais je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas choisir volontairement, hors de toute souffrance ou histoire personnelle, la violence contrôlée comme source de plaisir sexuel. J’apprend l’existence du ’ vanilla-sex ’, donc de la pratique sexuelle placée sous le signe de l’amour et de la tendresse, qui semble être le saint-graal pour Steele, et le saint-graal pour toute personne ’ normale ’ (c’est ce que sous-entend EL James). Je crois que je ne suis pas d’accord. Il faut prendre son plaisir où il est.

Il n’empêche que lire du cul, c’est toujours un booster de libido et j’attends ma soirée avec impatience.

Enfin, il est tard. Je sais que mon barman finit à 2H, je vaque en buvant gentiment des mojitos, puis me poste nonchalamment à une table extérieure du bar dans un endroit où il ne peut pas me louper quand il finit son service. Je suis tellement voyante, c’est horrible. Il plaisante avec ses collègues, puis vient me claquer la bise en me demandant ce que je fais là et me dit qu’il s’en va derechef faire ses bagages. Mon ’ Inner Goddess ’ a pris une corde et s’est pendue sur le champ. Je me lève et pars sans me retourner. Je rentre dans ma chambre, maudissant ma croyance au prince charmant, réincarné ici en barman futur étudiant en médecine de 9 ans mon cadet. N’importe quoi.

Jour 5

Très occupée la journée, je ne pense à rien. Le soir, je déprime, heureusement c’est soirée de sortie et nous mangeons dans un bon restaurant. Je me console avec mon repas.

Jour 6

Encore une journée à la plage. Je profite davantage de mes amis que de Fifty Shades of Grey. Je passe toute la journée avec un allemand, qui ne m’a jamais tapé dans l’oeil mais dont j’ai toujours aimé la compagnie. Nous nous faisons écouter des morceaux de musiques, il a bon goût le bougre, puis nous parlons de nos vies de façon plus intime. Il est touchant finalement, ce garçon. On rentre ensemble de la plage, il m’embrasse sur la bouche. Oué, c’est n’importe quoi et c’est reparti pour un tour.

Le soir, je lui tourne autour et il me rejette, non sans avoir accepté deux longs bisous (avec la langue, je vous prie). Il me dit qu’il ne veut pas, qu’il me voit comme une amie. Mais moi aussi, je le vois comme une ami, bordel, il habite en Allemagne. Ensuite, il me dit que c’est moi qui l’ai embrassé sur le retour de la plage, ce qui est totalement faux, et que je ne dois pas être habituée à ce qu’on me dise non, ce qui est totalement méchant. Je suis énervée. Je me contrôle. Je finis la fête dans une chambre, entourée de 4 beaux garçons, je fume des joints et bois encore et toujours. Je me couche sacrément bourrée à 5h

Jour 7

C’est le retour. Les 4 beaux garçons et moi vidons toutes les bières de l’avion. On se marre bien. Je lis Fifty Shades of Grey entre 2 canettes. Encore une scène de cul et les interrogations de l’héroïne, ça m’énerve. Mais il faut que je sache comment ça se termine. Je rentre chez moi, et dors.

Le lendemain, je fais le bilan. J’ai passé une excellente semaine, en fin de compte. Et Fifty a contribué à un certain relâchement de mon esprit et à une certaine exacerbation de mon corps. Le soir j’ai une fête, et je dois y rencontrer un garçon beau et gentil, parait-il … Je termine le livre, il est vraiment moyen en fin de compte. Quelle greluche cette Anastasia ! Je ne sais pas ce que la vie me réserve, mais par contre j’ai bien envie de me faire fouetter les parties intimes avec une cravache en cuir.

 
1
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :