Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

Mardi 19 Septembre
Texto

Sondage

Sexualité

Sextos : pourquoi les textos coquins sont bons pour la vie sexuelle

Une étude révèle que sur 2000 personnes interrogées, celles qui disent envoyer des messages coquins régulièrement ont également déclaré avoir une vie sexuelle plus épanouie. Le géant américain de la pharmacie en ligne DrEd a mené cette enquête de fond, sur les continents européens et américains.

Grâce à cette étude, les chercheurs ont donc réalisé que les sextos n’étaient pas forcément une question d’âge ou de sexe. Certes, cette pratique est assez répandue chez les jeunes adultes, mais elle l’est aussi chez les trentenaires et même chez les quadras.

En Europe, 33 % des hommes sondés âgés entre 18 et 24 ans ont reconnu avoir envoyé au moins une fois un message coquin à un-e de leurs correspondant-es, contre 31 % pour les femmes (24 % des hommes âgés de 35 à 44 ans, 20 % pour les femmes du même âge. Au-delà de 44 ans, 21 % des hommes et 20 % pour les femmes).

Les femmes européennes avouent envoyer surtout des photos de leurs poitrines (43 %), de leurs visages (21 %) et de leurs fesses (15 %). 9% d’entre elles ont déjà envoyés des photos « totalement nues ». Les hommes, eux, envoient surtout des photos de leurs pectoraux (30 %) ou de leur visage (23 %). Ils ne sont que 21% à dire envoyer des photos de leur sexe… et 14% des photos d’eux tout nus.

Aux États-Unis, les Américains sont encore plus friands de ces échanges, dans toutes les tranches d’âges. 40% des 18/24, 35% des 25/34… ont déjà envoyés des « nudes » ! Les femmes américaines avouent envoyer surtout des photos de leur poitrine (55 %), de leur postérieur (17 %) et de leur visage (17 %). Elles ne sont que 4% à oser le « full naked » (complètement nues). Les hommes préfèrent se focaliser sur leurs parties génitales (29 %), leur visage (23 %) et leurs pectoraux (22 %). Comme les européens, ils sont 15% à n’avoir pas peur d’envoyer une photo d’eux entièrement nus.

Les Européens ont plus tendance à publié ces contenus à l’insu de leurs partenaires. Ils sont 19 % d’hommes et 15 % de femmes à le faire, soit deux fois plus que les Américains.

Dans la plupart des cas, ces messages visent un partenaire sérieux dans le cadre d’une longue relation (27 % chez les hommes, 33 % chez les femmes). Mais certains participants ont avoué qu’il leur arrivait d’envoyer des sextos à des relations occasionnelles (25 % / 19 %) ou même à de nouveaux partenaires (18 % / 17 %).

Le mariage ne casse pas la dynamique (à corréler avec l’âge) : les messages coquins sont aussi l’affaire des couples mariés 17 % des hommes ayant participé à l’étude ont ainsi déclaré envoyer des sextos à leur épouse, contre 24 % pour ces dernières.

Les chercheurs ont mis en corrélation les réponses des participants avec la manière dont ils perçoivent leur vie sexuelle et les sentiments qu’elle leur procure. Et les personnes envoyant des sextos chaque jour ou chaque semaine ont déclaré avoir une vie sexuelle plus épanouie. C’est plus une désinhibition globale, et un goût du jeu dans la sexualité qui permet ce genre d’échange érotico-épistolaire, en rien une conséquence, mais un outil de la liberté que chacun se permet dans les formes d’entretenir le désir…

Cependant, il faudrait redéfinir quelques bases : 41% des femmes ont reçu des photos ou messages à caractère sexuel sans les avoir sollicités, et cela monte jusqu’à 52% chez les 18/24 ans ! En Angleterre, envoyer un sexto à quelqu’un qui pourrait se sentir offensé est considéré comme un crime d’après le Malicious Communications Act.

Attention également, car 49% des hommes déclarent garder ces images. En Europe, le partage de photos de personnes sans leurs consentements est plus de deux fois plus importants qu’aux Etats-Unis : 19% des hommes européens interrogés l’ont déjà fait (15% des femmes). Les affaires de "revenge porn" (des fuites de sex-tape personnelles) se multiplient : il sera donc préférable de prendre les devants et de passer par une application sécurisée/cryptée comme Rumuki, spécialisé dans les sextapes.

Dans une enquête de 2005 de l’Université Drexel, Emily Stasko et Pamela Geller, chercheuse en psychologie et santé publique ont étudié 870 participants des États-Unis âgés de 18 à 82 ans pour évaluer les comportements sexuels, les motivations sexuelles et leurs satisfactions. Les personnes qui pratiquent plus le sexting le font parce que c’est amusant. Ils déclarent aussi que c’est de plus en plus « attendu » dans leurs relations : avec les réseaux sociaux et l’échange par messagerie, le sexto est en phase de banalisation. L’étude a aussi montré un lien entre le risque pris par cette activité et d’autres prises de risques ( par exemple, sexe non protégé) et ses résultats négatifs pour la santé (par exemple, les infections sexuellement transmissibles). Mais il y également des effets positifs, comme à chaque fois que la communication sexuelle est plus ouverte avec les partenaires.

Vendredi 25 Août
Sondage

Sexualité

Insolite

On ne fera presque plus l amour en 2030

Attention, notre vie sexuelle est peut-être en danger ! Selon un chercheur anglais, d’ici 13 petites années, on ne fera plus l’amour, ou presque. Au banc des accusés : smartphone, télévision et réseaux sociaux.

La technologie a révolutionné nos vies, on ne peut pas dire le contraire. Les innovations et autres nouveautés numériques transforment notre quotidien, pour le meilleur, mais aussi pour le pire.

David Spiegelhalter, un statisticien et professeur de l’université de Cambridge a réalisé une étude surprenante. Il a interrogé de nombreux couples âgés de 16 à 64 ans, sur le nombre de rapports sexuels qu’ils avaient par mois. Au fil des années, celui-ci diminue comme peau de chagrin.

Le nombre moyen de rapports sexuels par mois était de cinq en 1990, il est passé à quatre dans les années 2000 et enfin à trois par mois en 2010.

Le problème vient de notre hyper connectivité : notre usage permanent et ininterrompu des smartphones et autres objets connectés. Si on le souhaite, il est facile de ne jamais faire de pause et de ne jamais prendre le temps de faire l’amour.

A tel point que pour lui, d’ici 2030, les couples ne feront plus l’amour, ou presque.

L’une des causes de cette baisse de la libido est la télévision et le nouveau mode de consommation qu’en ont beaucoup de gens. L’arrivée et la normalisation de plateformes de streaming incitant au binge-watching freinent nettement l’envie d’avoir des rapports sexuels.

La tentation est parfois trop forte de regarder un dernier épisode de la série The Walking Dead, plutôt que d’aller faire des galipettes sous les draps.

La solution ? Privilégier les séries et les films qui donnent envie de faire l’amour.

Winter is coming, mais avec un peu de chance, il ne sera pas le seul...

Mercredi 03 Mai
Sondage

Sexualité

Les Grands Lecteurs feraient les meilleurs amants!

On sait enfin pourquoi un nombre croissant de profils Tinder indiquent « sapiosexuel-le » dans leur bio. Pour rappel, ce terme signifie qu’une personne est attirée sexuellement par les personnes intelligentes. Le phénomène a poussé le site de rencontres américain eHarmony, présent dans 150 pays, à mener l’enquête auprès de ses utilisateurs. La conclusion de leur enquête ne laisse pas de place au doute : les hommes renseignant leur liste de lecture reçoivent 19 % de messages en plus que les autres. L’augmentation se vérifie aussi chez les femmes, mais dans une proportion moindre (3 %). « Les passionnés de lecture se montrent aussi plus curieux intellectuellement que la plupart des gens, et forment plus facilement des relations de confiance avec les autres », dit le site.

Évidemment, ce que ces utilisateurs lisent compte aussi. Il ne suffit pas de lister J’aime lire et Ratus pour que ça marche. L’enquête a ainsi découvert que les hommes qui disent lire les biographies de Richard Branson sont 74 % plus attirants que les autres ! Chez les femmes, les lectrices de Hunger Games sont 44 % plus susceptibles de recevoir des messages que les autres.

Du côté des bouquins qui font perdre des points, la Bible plombe les profils des hommes comme des femmes, tandis que les femmes qui ont noté 50 Nuances de Grey dans leurs livres favoris sont 16 % moins convoitées que les autres. Quant aux hommes qui se disent friands d’Harry Potter, ils ont 55 % de chances de plus d’être boudés par les utilisatrices.

Vendredi 21 Avril
Sondage

Sexualité

Les sympathisants d extrême gauche et d extrême droite ont une sexualité plus débridée

Une étude Ifop révèle que les sympathisants d’extrême droite et d’extrême gauche sont davantage tentés par des pratiques sexuelles moins "classiques" que celles pratiquées par le reste de la population.

Sommes-nous plus ou moins décomplexés au lit selon que l’on vote à gauche ou à droite ? Une enquête Ifop pour le réseau social libertin Wyylde, réalisée du 24 au 30 mars auprès d’un échantillon représentatif de 4.000 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, semble montrer que les sympathisants des partis d’extrême ont des pratiques sexuelles plus "osées" que partisans de droite ou de gauche.

Dans les partis d’extrême droite et d’extrême gauche, les sympathisants apparaissent en effet plus débridés que le reste de la population française. "Les personnes d’extrême sont plutôt jeunes, peu diplômées, peu influencées par la religion. Elles n’ont donc pas de carcan particulier qui limiterait leur sexualité", avance François Kraus, directeur des études politiques à l’Ifop sur RMC. Par ailleurs, plus de la moitié des sympathisants d’extrême gauche (64%) et d’extrême droite (58%) ont déjà testé la sodomie avec leurs partenaires. C’est très largement au-dessus de la moyenne des autres partis (de 22% à 27% selon l’étude). Ils sont aussi plus nombreux à avoir déjà participé à un plan à trois.

Des pratiques plus "hard" à l’extrême. Les sympathisants d’extrême gauche (47%) et d’extrême droite (39%) sont aussi bien plus nombreux que la moyenne nationale à avoir déjà expérimenté le BDSM (terme générique qui englobe notamment le bondage, et le sado-masochisme). "Une forme de transgression", explique François Kraus, comparable à leurs orientations politiques. "Il y a aussi des pratiques qui ne rentrent pas dans le schéma classique de rapport égalitaire entre hommes et femmes. [Ces militants] sont moins imprégnés de la culture féministe et se laissent plus aller à des pratiques un peu hard issue de la culture porn", détaille le directeur des études politiques de l’Ifop.

Dans cette étude, on apprend par ailleurs que 91% des Français connaissent au moins approximativement l’orientation politique de leur conjoint actuel. 66% savent même pour qui leur conjoint va voter. Une proportion en baisse de 8 points par rapport à 2007. 75% des couples français sont du même bord politique, et 20% des Français partagent les mêmes idées politiques que la totalité de leurs partenaires sexuels. 44% des couples votent pour le même candidat, et seuls

Lundi 27 Mars
Sondage

Sexualité

Sondage Time Out : à Paris, on n hésite pas à coucher le premier soir

« La Saint-Valentin est passée ! A plus tard les cadeaux, dîners aux chandelles et matchs PSG-Barça. » Pas si vite coco : l’amour, les rencards et le sexe, c’est toute l’année. Dans un sondage réalisé auprès de 20 000 personnes à travers 18 villes du monde entier, Time Out a récolté de nombreuses informations croustillantes sur nos pratiques amoureuses et sexuelles. Et Paris ressort encore une fois du lot à bien des égards.

Faisant honneur à leur statut international de lovers, les Parisiens sont sans surprise ceux qui font l’amour le plus régulièrement (1,64 fois par semaine en moyenne, suivis des Lisboètes avec 1,51). Ils se disent prêts à coucher le premier soir à 64 % (contre 25 % à Singapour), et surtout ne font pas que le fantasmer : 2 Parisiens sur 3 ont déjà eu un coup d’un soir.

Hélas ! Nous ne sommes pas heureux pour autant. Seuls 4 % des Parisiens pensent qu’il est facile de trouver l’amour contre près de 38 % à Lisbonne, un écart impressionnant. Mais cette statistique s’inverse dès que l’on parle de leur vie amoureuse : 20 % des Parisiens en sont contents contre seulement 7 % dans la capitale portugaise. Des chiffres qui restent cependant très bas.

Pour pimenter leur vie amoureuse, les habitants de Mexico et de Miami ont des trucs bien à eux. Ces deux villes se retrouvent en tête lorsqu’il s’agit d’organiser un plan à trois et de pratiquer l’adultère (40 % et 31 % respectivement !). Et quand cela profite aux Mexicains qui se disent très heureux (42 %), les Miaméens, eux, ont de vrais remords (seulement 3 % se sentent satisfaits). De leur côté, les Barcelonais se compliquent moins la vie : 31 % d’entre eux ont déjà fait l’amour au travail, un chiffre qui surpasse de loin les perfomances des Parisiens (15 %) ; pleins de contradictions, ces mêmes Parisiens sont 28 % à avoir eu une relation extra-conjugale, mais réprouvent le fait de tromper leur partenaire à 82 %. En la matière, il y a donc au moins 10 % d’hypocrites à Paris !

On fait finalement un (rapide) détour par Chicago, New York et Los Angeles, où les habitants n’ont clairement pas le temps de rencontrer la mauvaise personne : ils utilisent des applications (à New York) et font des recherches Google sur leur rencard (environ 1 personne sur 2 dans ces 3 villes). Paris talonne ces villes et semble bien vouloir les rattraper. Bonne ou mauvaise chose ?

Fifty Shades of Grey a libéré la sexualité des Français

Dans les salles obscures, Fifty Shades Darker, adaptation du deuxième roman de EL James, viendra bientôt titiller les spectateurs. La trilogie Mummy Porn continue de faire des émules, et un récent sondage indique que la saga a même eu des répercussions... sous la couette des Français. Alors, ça chauffe dans l’Hexagone ?

Réalisée en octobre pour le compte d’une société fournissant des accessoires érotiques, Moulin Rose, l’étude évoque une véritable évolution des comportements. D’abord, la parole se libérerait : 59,2 % des Français apprécient les films érotiques pour changer d’air, et 43 % en regardent en couple.

L’arrivée de Fifty Shades Darker serait suivie, puisque 77,7 % de nos concitoyens ont déjà décidé d’aller le voir au cinéma – 53 % entre copines, et 43 % en couple, pas entre copains, visiblement.

Mais voilà : le c½ur de 50 nuances, c’étaient bien ces jeux érotico-SM entre Christian et Anastasia, dans le premier opus. Une incidence libératrice pour les m½urs, puisque 64,7 % de la population croit dur comme fer que le phénomène 50 Nuances « a clairement changé la vision du sadomasochisme dans notre société ». Le SM est plus assumé, et moins tabou dans son ensemble, estiment 77 % des personnes interrogées.

Alors, l’édredon se met à vibrer ? Clairement : la mouvance 50 Nuances a exercé une véritable influence sur 32,7 % des Français, qui jouent à domination/soumission dans leurs calins améliorés. Et 27,4 % se servent également d’accessoires. Lesquels, se demande-t-on, frétillant ?Simple :

Les liens à 30,6 %

Les jouets type boules de geisha : 19,6 %

Les huiles de massage, bougies, etc. : 28,9 %

Fouets ou cravaches récoltent 11,6 % d’adhésion et les plumeaux, sortis des placards, 6,9 %.

Chose amusante, tout de même, si 50 Nuances a pu stimuler la vie sexuelle des Français, il faudra préciser que :

15,5 % réalisent plus de fantasmes

19,6 % sentent qu’ils mettent plus d’ardeur dans leurs ébats.

En revanche, côté préliminaires, 50 Nuances n’a entraîné qu’un enthousiasme modéré, voire flasque : seuls 4,8 % des Français évoquent ce point.

« Entre désir prononcé pour pimenter l’intimité, m½urs qui évoluent et pratiques coquines qui gagnent du terrain sous la couette des Français, le phénomène 50 Nuances fait bel et bien son nid dans les chaumières françaises », en conclut Moulin Rose.

On attend encore le rapport des pompiers de France sur l’incidence de Fifty Shades : en 2013, la brigade des pompiers britanniques avait constaté une hausse des accidents domestiques – notamment ceux impliquant l’usage de menottes. « Ce dont je suis certain, c’est que les gens affichent cinquante nuances de rouge au moment où nos équipes arrivent à les libérer », assurait le chef de brigade.

C est connu : on est tous un peu attachés à notre foyer...

 
1 2 3 4 5 6 7 8 9
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :