Sadomasochisme.com

Un blog propulsé par

SM : les règles pour que la douleur soit toujours un plaisir

« Je lui ai dit : “Maintenant, je vais vous fouetter, et quand vous en aurez assez, vous crierez ‘pitié.’” Mais il n’a pas crié “pitié”, parce qu’il en avait jamais assez. »

Autour d’un verre de jus de pomme, Gala Fur revient sur une séance d’initiation qu’elle a aussi racontée
dans « Gala Strip », son dernier livre.

L’écrivaine et réalisatrice de courts métrages BDSM est élégante, sa voix douce, son débit tranquille :

« Je me suis arrêtée à un moment, parce que je me suis dit : “Je ne vais pas l’ensanglanter.” Il y a un moment
où il n’y a plus de place pour taper. Et puis je n’allais pas non plus passer à un instrument très lourd. »

Quand les soumis sont insatiables

Contrairement à un cliché qui voudrait qu’en SM, la personne dominante soit celle qui ne sache pas s’arrêter, Gala fait remarquer :

« Il y a plein de soumis pour qui on se demande où est la limite. C’est épuisant pour la personne qui les domine. »

« On les appelle aussi des “souminateurs” », raconte Isa. Il y a six ans, elle a lancé un forum d’informations et de prévention « BDSM ou abus » :

« Certains soumis sont insatiables. Un peu comme un gourmand qu’on aurait lâché dans une pâtisserie. »

Quelle solution alors ? Avoir de l’intuition et savoir quand s’arrêter, deux qualités sans lesquelles « il ne sert à rien de pratiquer du SM », dit Gala. Toute la difficulté repose dans la variabilité de la souffrance, d’une personne à l’autre.

« J’ai connu des gens qui, avec un petit martinet gentil, sursautaient violemment, mais j’ai aussi connu une soumise belge à qui il fallait tous les jours une ration énorme de coups de fouets. »

Comprendre le profil psy de son partenaire

Pour comprendre les limites dans le SM, il faut comprendre le SM en soi-même. Cette pratique sexuelle a beau être jugée violente par beaucoup, elle nécessite énormément de finesse.

Loin de ce que Gala Fur appelle du « fouetti fouetta », des soirées folkloriques dites SM, il y a des relations à deux. Avant de passer à l’acte, les partenaires se rencontrent. Au calme, ils entament une discussion qui permet de poser les limites de chacun. A entendre Gala raconter ces entretiens, on comprend qu’il faut être un peu psy sur les bords pour faire du SM :

« Il faut voir et comprendre pourquoi la personne en face de soi veut avoir ce genre de relations. Quelqu’un qui raconte sortir d’une rupture, par exemple, ça alerte.

Moi, je veux bien que quelqu’un qui vient de se séparer, qui s’est fait larguer, se jette dans le SM. Mais après, est-ce que c’est juste pour se punir ou est-ce qu’il y a une recherche d’une véritable relation? »

« Pas de marques, maîtresse, je suis un homme marié »

C’est pendant cette discussion que tout se fixe. Des godes ou pas de gode ? Travailler les tétons avec des pinces ou pas ? Marquer la personne à la cravache ou pas ? Dans « Osez tout savoir sur le SM »,
Gala raconte :
« Infliger des marques à la cravache n’est possible que dans le cadre d’un accord préalable. Un de mes clients prévient les dominatrices : “Pas de marques s’il vous plaît, maîtresse, je suis un homme marié.” »

Ce balisage comporte quelques subtilités. Tous les jeux du SM reposent sur les limites que l’on repousse :

« Une personne qui dit “je n’aime pas trop les jeux de gode”, on peut toujours essayer un petit. Parce que “je n’aime pas trop”, ça ne veut pas dire “je ne veux pas”, donc il faut aussi essayer de décrypter. »

Autre cas de figure : le « non » qui veut dire son contraire.

« Quelqu’un qui, dans les discussion au préalable, vous dit : “Je n’aime pas trop
l’uro [urophilie, apprécier de jouer avec son urine pendant des jeux sexuels]”, on se demande parfois si, de par la nature du SM, ça ne veut pas dire que justement ce serait bien. »

Le « safe word », mot magique pour tout arrêter

C’est aussi à cette occasion que les partenaires décident d’un mot de passe, d’un « safe word ». Un mot magique qui mettra fin au jeu s’il va trop loin.
Gala :

« Le mot de passe, c’est un vrai mot d’arrêt. A partir du moment où le mot est lancé, on s’arrête. C’est une règle, une loi qu’il n’est pas question d’outrepasser. »

Et quand la personne soumise est bâillonnée ? « Il y a toujours un code », répond Gala. Le mot de passe est ici remplacé par un système de mimes. Les mains parlent:

« Sur un “face-sitting” [l’un des deux partenaires assoit ses fesses sur le visage de l’autre, ndlr], il y a un code qui est, pour la personne couchée, de presser les fesses ou les cuisses. Si elle presse les mains deux fois, ça veut dire arrêt immédiat. »

Sans son accord, « il a utilisé un nerf de b½uf »

Mais, comme dans toute relation, il peut arriver que l’un des partenaires ne soit pas attentif à l’autre. Gala raconte la « mésaventure » arrivée à l’une de ses amies avec un dominateur :

« Elle est allée chez lui. Ils n’avaient pas du tout parlé au téléphone, lui en a profité. Il a utilisé un nerf de b½uf pour la fouetter. Elle fait de la photo et elle a été très marquée.

D’autre part, il n’a pas mis de préservatif. Evidemment, elle est très angoissée.

Qu’un homme ne mette pas de préservatif contre le gré de sa ou de son partenaire, c’est très rare. Par contre, fouetter trop ou trop fort, de la part d’un homme, ça arrive. »

C’est pour lutter contre ce genre de dérapages et faire de la prévention qu’Isa a voulu ouvrir son forum. A l’époque, elle avait rencontré, incrédule, une soumise dans « un état psychologique pitoyable » :

« C’est une fille qui n’avait pas de travail. Son “dom” la prêtait à ses amis. C’était du viol organisé. Il utilisait l’étiquette du BDSM pour faire n’importe quoi. Et elle m’avait dit : “La seule façon que je m’en sorte, c’est que je meure.” »

Isa sait que ces cas sont marginaux. Elle dit que ce qui est le plus fréquent, ce sont surtout des maladresses, mais elle souhaitait un espace de parole, sortir du « on lave notre linge sale en famille. »

Qu’importe qu’au lancement du forum, certains du milieu l’aient jugée avec « le mépris qu’on peut accorder à des provinciaux qui ne savent pas de quoi ils parlent »
« Chaque année, on nous répertorie une dizaine de cas de personnes qui veulent brûler les étapes. Ce n’est pas grand-chose, mais ce sont eux qui ternissent ensuite l’image du SM. »

A « O » : « vous ne fermerez jamais les lèvres »

Isa raconte les histoires de dominateurs qui jouent le chantage amoureux. « Si tu dis le “safe word”, c’est fini entre nous. »

Elle veut lutter contre l’ignorance qui mène parfois les néophytes à penser le légendaire « Histoire d’O “ de Pauline Réage, publié en 1954, comme un modèle normal, voire unique.

Or, dans ce livre fantasmatique que l’écrivaine Dominique Aury a écrit sous pseudo pour séduire Jean Paulhan, O est devenue une soumise totale. Elle s’est livrée à l’homme qu’elle aime et à ses amis sans retour en arrière possible. Ils lui ont dit :

‘Devant nous, vous ne fermerez jamais tout à fait les lèvres, ni ne croiserez les jambes, ni ne serrerez les genoux.’

Isa rappelle un principe fort du SM : la personne soumise ne l’est que parce qu’elle
a accepté de l’être.

‘Ce qu’on aime à dire, c’est que la personne dominante donne et que celle qui est dominée prend. Le dominant est lui même soumis à ce qui a été défini au départ.’

“De l’intérieur, tout ou presque est tacite et va de soi.”

Infos pratiques
« Gala Strip »
de Gala Fur

Editions La Musardine

Renée Greusard pour Rue89/Rue69

Mercredi 11 Janvier
Sévérité

Littérature SM

La Rochefoucauld :
une maxime bien indulgente...

La Rochefoucauld est, on le sait, féroce envers les vertus. Elles ne sont pour lui que le produit travesti de nos passions et de nos intérêts. L’une d’entre elles trouve pourtand grâce à ses yeux.

«La sévérité des femmes est un ajustement et un fard, qu’elles ajoutent à leur beauté. C’est enfin un attrait, fin et délicat, et une douceur déguisée.»

Maxime 10 Edition hollandaise de 1664

On notera qu’il s’agit d’une vertu exclusivement féminine.

La sévérité bien sûr, comme toute vertu, est un "fard". Mais ce travestissement, pour une fois chez La Rochefoucauld, est utile, et doublement : la sévérité ajoute à la beauté des femmes et constitue en elle-même un attrait.

Par contraste, la gravité, plus masculine, est traitée à la maxime précédente de façon bien plus rigoureuse : elle est simplement "inventé pour cacher les défauts de l’esprit".

Surtout, dans le cadre de ce blog, on se délectera de l’idée que la sévérité soit une "douceur déguisée". De celle aussi que le plus lucide de nos grands moralistes semblent pour le coup... un peu troublé.

 
1
Sadomasochisme.com
est un recueil d'actualités et de curiosa se rapportant à l'univers du fétichisme et du sado-masochisme. Il est proposé par Dress.fr, le portail de référence de la communauté BDSM.

une info BDSM
à signaler ?

Accès
par mots clés

50 Nuances plus claires Accessoires Actualité BDSM Afrique Fetish Algerie Alice Dellal Alice Dellal Allemagne Fetish Angleterre Fetish Aquino Arabie Seoudite Argentine fetish Arte Asie fetish Aubade Australie fetish Autriche Baillon BD et BDSM BDSM Suisse Beautiful Bastard Belgique Belgique fetish Berlin fetish Bielorussie Body Art Bondage Bra Super Cool Bresil fétish Brighelli Brigitte Lahaie Bustier Calendrier Cambodge Canada Fetish Canal Plus Cauet Chantal Thomass Chaussures et fétichisme Chine Cinéma Cinema et fétichisme Cinquante nuances de grey Cinquante Nuances Plus Claires Cinquante nuances plus sombres Clara Morgane Clubs fetish Confession Corset Cougar Cris et Chuchotements Croisière élastique Cuisine Cuissardes Culottes Dakota Johnson Danemark fetish Danse Dating Défilés fetish Dessins fetichistes Domination Echangisme EL James ELLE Elodie Frege Ernest Chaussures Espagne fetish Etam Etats-Unis Fetish Europe 1 Eva Longoria Evènements fetish Exhibitionnisme Exposition Facebook Fantasme Fappening Fessée Fétichisme Fifty Shades of Grey Flagellation Football Gaultier Gay Godemichet Gothique Gourmandise Grece Groland Guépière Happening Hélène Fillières Heloise Ouille Histoire d O Hongrie Fetish Humour Ikea Inde fetish Insolite Instagram Iran Irlande fetish Islam Italie fetish James Foley Jamie Dornan Japon fetish Julie Gayet Justice Kate Middleton Kim Basinger Kim Kardashian Kyrel La Perla La Rochefoucauld Lady Gaga Laetitia Casta Latex Lea Seydoux Législation et BDSM Lingerie Lisa Hilton Littérature SM Londres Fetish Louane LUI LUI Lyon M6 Madonna Maestra Maitresse Malaisie Mangas Mannix Marie Claire Masochisme Massages Médecine Media Melania Trump Menottes Meredith Wild Mexique fetish Middleton Mila Kunis Miley Cyrus Miss France Mode et fétichisme Monaco Moscou Mourthe Musique Nabilla Naturisme New York Fetish Newton Nobuyoshi Araki Nombril Norvege Nuit Démonia Nuit Elastique Nuit Extraime Orangina Orties Osez Palmolive Parodie Pays Bas People Pérou fetish Photo Photos Volées Pied Piercing Pinces Pippa Piques Playboy Poésie et Fétichisme Politique Pologne fetish Pony Girl Pony girls Portugal fetish Pratiques BDSM Pub Qatar Radio Religion Reveillon Rihanna Roumanie Russie fetish Sade Sadisme Sadomasochisme San Francisco Selfie Sévérité Sex Shop Sextoys Sexualité Shibari Shopping BDSM Shy m Simenon Site Web Sketch Slovenie fetish SmoothGroove Soirées fetish Sondage Sophie Marceau Soumission Soyons précis ! Spectacle fétichiste Sport Style Suède fetish Suisse Fetish Suspension Sylvia Day Sylvia Kristel Tatouage Télévision Texas fetish Texto Transexuel Tumblr Tweeter Ukraine Vasconcelos Venezuela Vina Jackson Yoga Zahia Zentai

À Propos
des auteurs

Whynot
est un dominateur raffiné et sevère. Connaisseur depuis de très nombreuses années du milieu SM et des soirées fétichistes. Du Genêt d’Or à L’Ochidée Noire
L’Hotesse
est soumise ou dominatrice au gré des rencontres. Adepte du BDSM et du fétichisme depuis toujours. Prétresse du 3C Cérébrale, curieuse, cougar.
Curieux
est un professionnel du web amateur de fétichisme.

découvrez
Dress.fr

Dress.fr est le site de référence de la communauté fétichiste et bdsm francophone depuis 1997.
Ils étaient présents cette semaine sur Dress.fr et vivent tout près de chez vous :